Le Vrai Visage du Moyen Âge

Auteur : Weill-Parot, Nicolas (dir.)
Editeur / Agent : Vendémiaire
Genre : Non Fiction, adulte

Que la violence y ait régné sans partage, que les puissants y aient exercé une impitoyable domination sur les faibles, que la justice y ait été cruelle et expéditive, qu'une religion fanatique y ait régenté la vie des hommes, à peine tempérée par les superstitions les plus extravagantes, qu'on n'y ait eu que de très approximatives connaissances dans les domaines de la science, de la médecine ou de l'hygiène, qu'on y ait méprisé les femmes et méconnu tout ce qui était étranger aux frontières de l'Occident, pour la majorité d'entre nous, cela ne fait aucun doute : le Moyen Âge, interminable parenthèse entre les accomplissements de l'Antiquité et les merveilles de la Renaissance, est le point de référence obligé lorsqu'on veut dénigrer les temps obscurs auxquels nous avons échappé pour accéder enfin à la modernité.

Autant d'idées reçues que les plus grands spécialistes français de la question contestent avec force. Nous permettant d'aller, enfin, à la rencontre de cette période charnière dans l'histoire de l'Europe : le moment où elle s'est constituée, avec des formes de vie politique et sociale qui ont perduré jusqu'à nos jours.

Un livre qui réunit, sous la direction de Nicolas Weill-Parot et Véronique Sales, les contributions de Dominique Barthélemy, Colette Beaune, Ziad Bou Akl, Alain Boureau, Boris Bove, Nicolas Carrier, Franck Collard, Philippe Contamine, Patrick Gautier Dalché, Danielle Jacquart, Philippe Josserand, Didier Kahn, Gabriel Martinez-Gros, Laurence Moulinier, Marilyn Nicoud, Jacques Paviot, Valérie Toureille, André Vauchez, Jacques Verger, Catherine
Verna et Laurent Vissière.

Vendémiaire Paris, 2017, 420 pages, ISBN : 978-2-36358-290-4

Biographie :

Nicolas Weill-Parot est directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Section des sciences historiques et philologiques), titulaire de la chaire « Histoire des sciences dans l'Occident médiéval », et membre de SAPRAT (EA 4116). Ses travaux portent sur la rationalité scientifique face à ses limites externes (magie, utopies) et internes (les défis de la physique).