Les Tirailleurs sénégalais, les soldats noirs entre légende et réalités (1939-1945)

Auteur : Fargettas, Julien
Editeur / Agent : Tallandier
Genre : Non fiction, adulte, histoire

Voici la première synthèse sur les enjeux de mémoire du massacre de Tiaroye, sur les conséquences de la démobilisation et sur les difficultés rencontrées par les tirailleurs qui voulurent faire le choix de rester en métropole.
Aucun livre n'avait été consacré à ce jour aux six années d'histoire des tirailleurs de la Seconde Guerre mondiale. Les rares ouvrages se limitaient à la campagne de 1939-1940.
Les tirailleurs sénégalais ne sont pas nécessairement Sénégalais, ils sont recrutés dans toute l'Afrique noire aussi bien en Afrique de l'Est qu'en Afrique centrale et occidentale. Le terme "sénégalais" leur est donné car le premier régiment de tirailleurs a été créé au Sénégal. Ces soldats indigènes, recrutés dans les colonies françaises de l'Afrique subsaharienne, ont participé à toutes les guerres de France. Baptisés « tirailleurs sénégalais », « troupes indigènes », ou « Force noire », caricaturés en « chair à canon », « honte noire » ou « Y'a bon Banania », leur histoire est faite de gloire, de larmes et de sang. Leur engagement dans le second conflit mondial est sans précédent : il n'est plus improvisé, mais au contraire ambitieux, planifié, préparé et espéré.
En 1939, les troupes coloniales représentent 500 000 hommes. Sur un total de 60 000 militaires français tués pendant l'invasion, un tiers appartiennent à ces troupes coloniales. Les tirailleurs sénégalais couvrent la retraite. Non seulement ils endurent de lourdes pertes mais ils doivent s'attendre à être fusillés en cas de capture par les Allemands, ces derniers les considérant comme des «sous-hommes».
Pour la première fois, cet ouvrage couvre l'épopée de ces hommes, partis se battre pour une guerre qui n'était pas la leur. Julien Fargettas nous démontre que les troupes noires ont constitué l'ossature des forces qui ont libéré le territoire métropolitain en 1944 en combattant en Afrique du Nord, au Proche-Orient et en Italie. L'après-guerre des tirailleurs représente également une période douloureuse, faite d'attentes, de frustrations et de violences.
Julien Fargettas n'aborde pas la question par le haut de la hiérarchie militaire et politique. Il s'attache à ces soldats noirs, cherche à savoir qui ils étaient, de quels pays ils venaient, comment ils avaient été recrutés, comment ils combattaient, ils vivaient, comment ils ont été tués, ou sont rentrés chez eux. Il replace ainsi l'histoire du soldat noir de la Seconde Guerre mondiale dans son contexte colonial, dans son contexte militaire ainsi que dans le contexte si particulier de ce conflit.

Editions Tallandier, Paris, 2012, 350 pages, ISBN - 978-2-84734-854-5

Biographie :

Julien Fargettas est un jeune historien qui a consacré sa thèse aux Soldats inconnus. Les tirailleurs sénégalais de la Seconde Guerre mondiale.