Tragédie des Romanov (La)

Auteur : Ferro, Marc
Editeur / Agent : Tallandier
Genre : Non fiction, adulte, histoire

Enfin la lumière est faite sur un des plus grands mystères de l'histoire du XX siècle, pour Marc Ferro, un véritable tabou de l'Histoire. Marc Ferro remarque qu'à chaque épisode de cette affaire, les historiens se sont contentés de recopier les éléments fournis par les seuls Blancs. Trop d'invraisemblances dans les rapports judiciaires, trop de témoignages officieux ont été systématiquement écartés. De même, lorsque deux historiens retrouvent des corps de victimes et que le gouvernement Eltsine fait procéder à des analyses comparatives, toutes les rédactions de par le monde reprennent l'information comme un fait avéré sans le vérifier.. Enfin, et surtout, une universitaire américaine vient de découvrir aux archives du Vatican le journal d'Olga, ce qui prouve qu'elle a échappé au massacre. Pour Marc Ferro, c'est une preuve de plus en faveur de sa démonstration. La survie de la tsarine et des archiduchesses fut une réalité inavouable pour les Bolcheviques comme pour les Blancs. Les témoins sont morts, les uns exécutés par les rouges, les autres par les blancs. Après mars 1918, les bolcheviques craignent que Guillaume II ne rompe la paix de Brest-Litovsk, si l'Impératrice « allemande » et ses filles n étaient pas épargnées. L'histoire commence alors, les filles et la mère sont évacuées vers la ville de Perm puis en Ukraine occupée par les allemands, sauf Anastasia qui réussi à s'enfuir. Ultérieurement, on retrouve leurs traces en Italie, en Allemagne, au Canada etc... où elles meurent dans les années 70 dans le plus grand secret.

Editions Tallandier, Paris, 2012, 150 pages, ISBN : 979-10-210-0051-3

Droits vendus :

Brésil - Record

Du même auteur :

Biographie :

Historien reconnu dans le monde entier, Marc Ferro est hanté depuis vingt ans, par cette histoire. Il est l'auteur d'une biographie de Nicolas II parue en 1990 chez Payot Rivages et traduite dans de nombreuses langues, ainsi que d'un Pétain chez Fayard, Sept hommes en guerre chez Laffont et d'une Histoire de France chez Odile Jacob